Mingei, l’esprit des choses

Le Mingei undo, littéralement « le mouvement de l’art populaire », est un mouvement philosophique, spirituel et artisanal, né au Japon dans les années 1920. Ses fondateurs, nourris à la fois par la spiritualité Zen et l’animisme Shinto, s’interrogèrent sur la nature des objets manufacturés occidentaux qui inondaient le marché japonais, et notamment sur la question de la reproductibilité : si, chaque pièce façonnée par les mains de l’artisan est unique, nourrie du souffle de l’esprit, le monde industriel ne fait que reproduire à l’identique des objets criards et sans âme.

Dans L’Idée du Mingei (1933), Sōetsu Yanagi définit ainsi le mouvement :

« Il doit être modeste mais non de pacotille, bon marché mais non fragile. La malhonnêteté, la perversité, le luxe, voilà ce que les objets Mingei doivent au plus haut point éviter : ce qui est naturel, sincère, sûr, simple, telles sont les caractéristiques du Mingei. »

Yanagi a défini très tôt les critères de ce mingei, qui sont principalement la création anonyme, la fonction utilitaire, la singularité, le bas prix, la sobriété et la destination populaire, par opposition à l’artisanat d’art ou à l’œuvre d’art signée par un créateur, unique et luxueuse, produite pour les classes supérieures.

Au fur et à mesure de sa vie, il collectionna un grand nombre d’œuvres, non pas dans un but de recensement ethnographique mais pour servir d’objets de références selon des critères esthétiques subjectifs. La qualité plastique de l’objet est néanmoins envisagée du point de vue de son usage, ce qui a donné naissance à la célèbre formule yō no bi 用の美, la « beauté fonctionnelle ».

Si aujourd’hui les pièces du mouvement Mingei ont été dévoyées par le marché de l’art (la moindre assiette se vend plsuieurs milliers d’€uros), le questionnement à l’origine de cette démarche est toujours d’actualité.

Les objets de notre quotidien ont-ils une âme ? Que signifie avoir une âme ? Un objet fabriqué en série est-il dépourvu d’histoire ? Quelle est l’histoire des objets de notre quotidien ?

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.