Sur le chemin, un plantain !

Sur le chemin, un plantain !

Plante à rosette, bonne herbe du chemin.
Avec mes cinq coutures, je soigne les bobos du quotidien.
Qui suis-je ?

Le Plantain, bien sur !

Les cinq nervures parallèles qui parcourent ma feuille lancéolée m’ont valu le surnom d’herbe aux cinq coutures. Je pousse en rosette, au ras du sol, au bord des chemins. Perchées au sommet de leurs longues tiges à section anguleuse, mes fleurs forment un petit épi soyeux couronné de petites étamines blanches.

Si tu me cherches, tu me trouves

Et tu peux me rencontrer partout : forêt, champs, ville, montagne, j’ai colonisé le moindre sentier… en marchant dans tes pas ! Mon pollen se colle à la plante de tes pieds. Je suis le Plantain. Les Indiens d’Amérique qui ne me connaissaient pas encore m’ont surnommé « la trace de l’Homme blanc ». J’aime le sol tassé des chemins. Je suis une plante compagne.


Même pas mal !

Je guéris les ampoules causées par le chemin. Les bergers de toute l’Europe savaient faire le pansement d’urgence : quelques feuilles vite mâchées et appliquées à même la plaie.
Je calme tes inflammations, les brûlures de l’ortie ou un bouton de moustique. Je cicatrise tes plaies et guéris de tes otites.
Le croiriez-vous ? Des ignorants me traitent d’herbe des mauvais chemins !

Onguent au plantain
Cueillir 2 poignées de feuilles bien vertes et saines de plantain lancéolé.
 Couper finement, mettre dans un bocal en verre, couvrir d'huile d'olive bio première pression à froid, mélanger.
 Couvrir l'ouverture avec un tissu fin qui laisse s'évacuer l'humidité, laisser macérer au moins 3 semaines, en mélangeant chaque jour.
 Filtrer l'huile avec un filtre à café, presser les feuilles au maximum.
 Mettre 250 ml d'huile de plantain + 60 ml de cire d'abeille râpée dans un récipient.
 Faire chauffer à feu doux au bain marie pour faire entièrement fondre la cire.
 Retirer du feu, verser dans des pots en verre ambré de 50 ml, laisser refroidir, fermer les pots.

Plantain lancéolé
Plantain lancéolé

Mangez-moi

Non content de ses services dans la trousse à Pharmacie, voilà maintenant le Plantain dans notre assiette : en salade ou en velouté, vous aimerez peut-être le gout de champignon de mes jeunes feuilles et de mes fleurs.

 

Velouté de plantain
1 oignon, 3 c. à soupe d'huile d'olive, 400 g. de feuilles de plantain, 2 pommes de terre, 1 céleri-rave, 10 cl de crème végétale, 1,5 l. d'eau, sel.

Faire revenir l'oignon en rondelles dans l'huile d'olive, puis ajouter le plantain finement haché.
Verser l'eau, puis ajouter les pommes de terre et le céleri-rave coupés en morceaux. Laisser cuire puis mixe le tout. Ajouter le sel et la crème.
Pesto de plantain
200 g. de feuilles de plantain, 50 g. de noisettes, 3 gousses d'ail, 30 g. de gruyère, 2 c. à soupe de vinaigre de cidre, 1 pincée de sel, 6 c. à soupe d'huile d'olive

Hacher très finement les feuilles de plantain. Faire légèrement griller les noisettes au four ou dans une poêle puis mixer-les. Ajouter le plantain haché, l'ail pressé, le fromage coupé en morceaux, le vinaigre et le sel. Mixer le tout puis verser doucement l'huile d'olive.
Cake au plantain
200 g. de farine, 1 c. à café de bicarbonate, 1 c. à café de sel, 4 œufs, 50 ml. de lait (de soja ou de vache), 50 ml. d’huile d’olive + une c. à soupe, 1 oignon, 1 gousse d’ail, 1 grosse poignée de feuille de plantain

Préchauffer le four à 180°C. Laver le plantain à l’eau vinaigrée et couper en fines lamelles. Dans une poêle, faire revenir l’oignon émincé dans une cuillère à soupe d’huile d’olive. Mélanger la farine, le bicarbonate, le sel, les œufs, le lait et l’huile. Ajouter le plantain, l’oignon, et l’ail haché. Mettre la préparation dans un moule à cake huilé et fariné. Mettre au four pendant 45 min.
Plaintain majeur
Plaintain majeur

 


L’herbe aux cinq coutures

Un tailleur avait vendu son âme au diable. En contrepartie, le Malin devait le combler de biens de toutes sortes. Mais, au bout de dix ans, il viendrait récupérer son bien. Toutefois, il était stipulé dans le contrat que si le tailleur pouvait lui présenter une couture si fine que ses yeux de diable ne pouvaient la distinguer, il serait quitte et conserverait son âme. Au jour de l’échéance, le tailleur qui avait peur de perdre son âme et d’être damné, eut recours aux fées, alors nombreuses dans le pays. L’une d’elles alla cueillir quelques herbes, les cousit ensemble avec des points si fins et si menus que Satan ne parvint pas à les découvrir sous les nervures de la feuille qu’on lui présenta. C’est depuis ce temps-là qu’en Bretagne et ailleurs, on appelle le plantain : l’herbe aux cinq coutures.

 

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.