Le Zen dans l’art chevaleresque de chier dans les bois…

Le Zen dans l’art chevaleresque de chier dans les bois…

posté dans Ressources, Techniques vertes | 0

Le plaisir de se balader en montagne et en forêt, c’est bien sur de savourer un environnement préservé. On tolère à la rigueur le caca des renards mais pour parler crûment, quand on se retrouve à la fin de l’été sur un sentier souillé de papiers hygiéniques, ca pue, c’est moche, bref, ça fait chier !
Cependant, à la décharge des incontinents, on conviendra qu’il n’est pas toujours évident d’être propre lorsqu’on a jamais connu autre chose qu’un trône de porcelaine. D’où cette petite leçon de choses :

  • Éloignez vous des sentiers. Cela devrait être une évidence mais apparemment pas pour tout le monde.
  • Évitez de faire vos besoins à proximité d’un cours d’eau. Il y a des animaux (parmi lesquels l’auteur de texte plein de poésie) qui boivent dedans.
  • Choisissez plutôt un bosquet dense et de préférence une butte plutôt qu’un vallon.
  • Avec votre chaussure, une pierre ou une branche, creusez un trou de 10 cm de profondeur.
  • Trouvez deux ou trois morceaux de bois morts. Retirez l’écorce.
  • Faites votre petite obole pour le plus grand bonheur des mouches dorées de la Saint Jean. Au passage, méditez sur cette merveilleuse opération alchimique que vous êtes en train d’opérer : « sépare le subtil de l’épais ».
  • Au cas où vous ne l’auriez pas encore deviné, les morceaux de bois, vous pouvez vous les mettre là où vous pensez. Si si ! Vous verrez, c’est plus doux que le lotus.
  • Recouvrez votre petite affaire avec un peu de terre et des feuilles mortes. Les bébètes se chargeront de tout nettoyer.

Bravo ! Vous voilà désormais membre de la confrérie secrète des chieurs des bois. Désormais, vous n’emmerderez plus personne !

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.